vendredi 30 juin 2017

Fabriquer un poussin en vannerie aléatoire



Pour fabriquer un poussin en vannerie aléatoire, nous avons besoin de branches de Tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos) et de lianes (beaucoup de lianes !) de Clématite des haies (Clematis vitalba) :







Tilia platyphyllos Scop., Tilleul à grandes feuilles, Tiliacées ou Malvacées :






Clematis vitalba L., Clématite des haies, Renonculacées :









Comme matériel, nous avons besoin d’un couteau de type Opinel, d’un sécateur, d’une paire de ciseaux, d’un poinçon, d’une bobine de raphia et d’un feutre noir :








Commençons par fabriquer le corps !


On écorce une belle longueur de Clématite des haies…








… avec laquelle on forme trois petites couronnes :







Assembler, elles vont former un globe : on prend le raphia…







… et on en découpe deux morceaux :








Puis on assemble les trois couronnes…










… et on les attache ensemble avec le raphia :











On forme maintenant trois petites couronnes, qui assemblées, serviront à faire la tête du poussin :








On les attache ensemble avec le raphia :







Et voilà, nous avons une tête et un corps ! :







On attache les deux parties ensemble :









Nous allons maintenant fabriquer les pattes.


Les griffes sont faites avec de l’Érable sycomore (Acer pseudoplatanus). Quand les bourgeons de cet arbre débourrent au printemps, ils donnent généralement naissance à trois feuilles. Au bout de deux ans, les pétioles de ces feuilles se lignifient et deviennent donc solides : ils seront parfaits pour faire les griffes de notre Galliforme ! :








Les pattes en elles-mêmes seront faites avec des bâtons de tilleul.


On perce tout d’abord le bâton avec le poinçon :








Puis on coupe le bâton à la longueur désirée avec le sécateur :










Et enfin on écorce le bâton avec l’Opinel :










Les griffes sont emboîtées dans les pattes…








… et les pattes sont prêtes ! :








Il n’y a plus qu’à les attacher au reste du corps :










Le tressage aléatoire peut commencer ! On utilise d’abord les lianes de Clématite des haies qui ont le plus gros diamètre :












Quand la tête du poussin commence à bien se remplir, on va pouvoir lui faire les yeux. On utilise un bâton de tilleul :









… que l’on rentre dans la tête…









… puis on coupe les extrémités qui dépassent :











Quelques lianes tressées plus tard… On lui rajoute un bec (deux petits bâtonnets de tilleul taillés en biseau), et voilà notre poussin fin prêt…











… enfin pas tout à fait, avec un feutre noir, on va lui faire les pupilles :












… et on lui redonne sa coquille ! :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire